Département paix et sécurité,Union Africaine, éradiquer les conflits, perpétuer la paixhttp://www.peaceau.org/Département paix et sécurité, Union Africaine, Flux RSSfrFriday 30 September 2022 Friday 30 September 2022 5Département paix et sécurité,Union Africaine, éradiquer les conflits, perpétuer la paix/images/logo-african-union-peace-and-security-by-kodjo-fr.gif<![CDATA[Communiqué de la 1106ème réunion du CPS tenue le 19 septembre 2022, sur la Transition Politique au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée et au Mali]]>/fr/article/communique-de-la-1106eme-reunion-du-cps-tenue-le-19-septembre-2022-sur-la-transition-politique-au-burkina-faso-au-tchad-en-guinee-et-au-maliCOMMUNIQUÉ

 

Adopté par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1106ème réunion tenue le 19 septembre 2022 sur la mise à jour relative à la transition politique au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée et au Mali :

]]>
2022-09-29 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1106eme-reunion-du-cps-tenue-le-19-septembre-2022-sur-la-transition-politique-au-burkina-faso-au-tchad-en-guinee-et-au-mali
<![CDATA[Communiqué de la 1103ème réunion du CPS tenue le 31 août 2022, sur la Situation dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) :]]>/fr/article/communique-de-la-1103eme-reunion-du-cps-tenue-le-31-aout-2022-sur-la-situation-dans-l-est-de-la-republique-democratique-du-congo-rdcCOMMUNIQUÉ

 

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1103ème réunion tenue le 31 août 2022, sur la communication actualisée portant sur la situation dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) :

]]>
2022-09-16 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1103eme-reunion-du-cps-tenue-le-31-aout-2022-sur-la-situation-dans-l-est-de-la-republique-democratique-du-congo-rdc
<![CDATA[Communiqué de la 1101ème réunion du CPS tenue le 18 août 2022, sur la enfants affectés par les conflits armés en Afrique.]]>/fr/article/communique-de-la-1101eme-reunion-du-cps-tenue-le-18-aout-2022-sur-la-enfants-affectes-par-les-conflits-armes-en-afriqueCOMMUNIQUÉ

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1101ème réunion tenue le 18 août 2022, sur les enfants affectés par les conflits armés en Afrique.

]]>
2022-09-10 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1101eme-reunion-du-cps-tenue-le-18-aout-2022-sur-la-enfants-affectes-par-les-conflits-armes-en-afrique
<![CDATA[3ème RÉUNION DU GROUPE D’APPUI À LA TRANSITION AU MALI CONCLUSIONS 6 SEPTEMBRE 2022 LOME, TOGO]]>/fr/article/3eme-reunion-du-groupe-d-appui-a-la-transition-au-mali-conclusions-6-septembre-2022-lome-togo3ème RÉUNION DU GROUPE D’APPUI À LA TRANSITION AU MALI

CONCLUSIONS

 

La réunion du Groupe d'appui à la transition au Mali (GAT-Mali), lors de sa 3ème réunion tenue le 6 septembre 2022, à Lomé, Togo, sous les auspices de l'Union africaine (UA), de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et des Nations unies (ONU), a adopté les conclusions suivantes :

]]>
2022-09-08 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/3eme-reunion-du-groupe-d-appui-a-la-transition-au-mali-conclusions-6-septembre-2022-lome-togo
<![CDATA[Communiqué de la 1102ème réunion du CPS tenue le 22 août 2022, sur la « Séance d'apprentissage sur la mise en œuvre de la politique de justice transitionnelle de l'Union africaine : Impact sur la résilience nationale et la démocratisation.]]>/fr/article/communique-de-la-1102eme-reunion-du-cps-tenue-le-22-aout-2022-sur-la-seance-d-apprentissage-sur-la-mise-en-oeuvre-de-la-politique-de-justice-transitionnelle-de-l-union-africaine-impact-sur-la-resilience-nationale-et-la-democratisationCOMMUNIQUÉ 

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1102ème réunion tenue le 22 août 2022 sur le thème : « Séance d'apprentissage sur la mise en œuvre de la politique de justice transitionnelle de l'Union africaine : Impact sur la résilience nationale et la démocratisation » :

]]>
2022-09-07 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1102eme-reunion-du-cps-tenue-le-22-aout-2022-sur-la-seance-d-apprentissage-sur-la-mise-en-oeuvre-de-la-politique-de-justice-transitionnelle-de-l-union-africaine-impact-sur-la-resilience-nationale-et-la-democratisation
<![CDATA[L'Union africaine et Interpeace signent un protocole d'accord pour renforcer les efforts de consolidation de la paix en Afrique]]>/fr/article/l-union-africaine-et-interpeace-signent-un-protocole-d-accord-pour-renforcer-les-efforts-de-consolidation-de-la-paix-en-afriqueL'Union africaine (UA) et Interpeace ont signé un protocole d'accord confirmant leur engagement mutuel à promouvoir les processus de paix menés au niveau national afin de parvenir à une paix durable, de prévenir les conflits violents et de renforcer les capacités de résilience pour la paix et le développement.

]]>
2022-09-06 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/l-union-africaine-et-interpeace-signent-un-protocole-d-accord-pour-renforcer-les-efforts-de-consolidation-de-la-paix-en-afrique
<![CDATA[COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Le CPS de l’UA commémore le Mois de l'Amnistie 2022 en Afrique à Lomé, Togo ]]>/fr/article/communique-de-presse-le-cps-de-l-ua-commemore-le-mois-de-l-amnistie-2022-en-afrique-a-lome-togoAssurer la paix et la sécurité sur le Continent et faire progresser l'initiative de l'UA : « Faire taire les armes en Afrique » à l’horizon 2030.

Lomé, Togo, 1er Septembre 2022 : Dans le cadre de ses efforts visant à poursuivre l’initiative « Faire taire les armes » tout au long de l'année et au-delà, le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), commémorera le Mois de l’Amnistie en Afrique (MAA) 2022, pour la remise et la collecte des armes illicites, du 5 au 6 septembre 2022, à Lomé, au Togo.

]]>
2022-09-01 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-presse-le-cps-de-l-ua-commemore-le-mois-de-l-amnistie-2022-en-afrique-a-lome-togo
<![CDATA[Communiqué de la 1100ème réunion du CPS tenue le 15 août 2022, sur la sanctions et les capacités à les appliquer : Dissuasion contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement.]]>/fr/article/communique-de-la-1100eme-reunion-du-cps-tenue-le-15-aout-2022-sur-la-sanctions-et-les-capacites-a-les-appliquer-dissuasion-contre-les-changements-anticonstitutionnels-de-gouvernementCOMMUNIQUÉ

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1100e réunion tenue le 15 août 2022 sur les sanctions et les capacités à les appliquer : Dissuasion contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement.

]]>
2022-08-30 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1100eme-reunion-du-cps-tenue-le-15-aout-2022-sur-la-sanctions-et-les-capacites-a-les-appliquer-dissuasion-contre-les-changements-anticonstitutionnels-de-gouvernement
<![CDATA[Communique de presse: Atelier consultatif sur les lignes Directrices de l'UA sur les amendements constitutionnels ]]>/fr/article/communique-de-presse-atelier-consultatif-sur-les-lignes-directrices-de-l-ua-sur-les-amendements-constitutionnelsL'Unité Constitutionnalisme et État de droit du Département des affaires politiques, paix et sécurité de la Commission de l'Union africaine organise un atelier consultatif sur les lignes directrices de l'Union africaine sur les amendements constitutionnels du 24 au 26 août 2022 à Niamey, au Niger.   

]]>
2022-08-25 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-presse-atelier-consultatif-sur-les-lignes-directrices-de-l-ua-sur-les-amendements-constitutionnels
<![CDATA[Communiqué de la 1097ème réunion du CPS tenue le 4 août 2022, sur la technologies émergentes et les nouveaux médias : Impact sur la gouvernance démocratique, la paix et la sécurité en Afrique. ]]>/fr/article/communique-de-la-1097eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-aout-2022-sur-la-technologies-emergentes-et-les-nouveaux-medias-impact-sur-la-gouvernance-democratique-la-paix-et-la-securite-en-afriqueCOMMUNIQUÉ


Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1097ème réunion tenue le 4 août 2022, sur les technologies émergentes et les nouveaux médias : Impact sur la gouvernance démocratique, la paix et la sécurité en Afrique.

]]>
2022-08-17 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1097eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-aout-2022-sur-la-technologies-emergentes-et-les-nouveaux-medias-impact-sur-la-gouvernance-democratique-la-paix-et-la-securite-en-afrique
<![CDATA[Adoption de la Stratégie et des instruments de mise en œuvre pour l’insertion de l’enseignement de la CADEG dans les programmes scolaires des Etats membres, ainsi que de l’outil pédagogique pour les acteurs de l’état de droit]]>/fr/article/adoption-de-la-strategie-et-des-instruments-de-mise-en-oeuvre-pour-l-insertion-de-l-enseignement-de-la-cadeg-dans-les-programmes-scolaires-des-etats-membres-ainsi-que-de-l-outil-pedagogique-pour-les-acteurs-de-l-etat-de-droitDans le cadre de son mandat de promotion de l'Etat de droit et de la diplomatie préventive sur le continent, conformément à la vision de l'Union africaine, l'Unité Constitutionnalisme et Etat de droit du Département des Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la Commission de l'Union africaine (DAPPS-AUC) organise à Abidjan (République de Côte d'Ivoire), deux réunions de validation : la première  portant sur : "la stratégie, de l’insertion de l’enseignement de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (CADEG) dans les programmes scolaires des États membres de l'Union africaine" et deuxième, portant sur l’outil pédagogique à l’usage des acteurs de l'État de droit en Afrique" .

La réunion de validation de la Stratégie et des instruments de mise en œuvre pour l’insertion de l’enseignement de la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance dans les programmes scolaires des Etats membres vise à ancrer la culture de la démocratie, de la bonne gouvernance, ainsi que le respect de l'État de droit et des droits de l'homme au sein de la future génération, et de favoriser la mise en œuvre de l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Cet atelier de validation a été organisé pour permettre aux représentants des Communautés Economiques et Régionales et des Mécanismes régionaux de contribuer à l’adoption desdits instruments en vue de leur soumission aux instances de décision de l’Union africaine y compris le Comité Technique Spécialisé (CTS) sur l’éducation.

La réunion de validation de l’outil pédagogique de l'Union africaine pour les acteurs de l'État de droit en Afrique est organisée pour valider le manuel de formation sur l’état de droit destinée aux acteurs nationaux de l'état de droit en Afrique, incluant : les magistrats, le personnel de l’administration pénitentiaire, les agents chargés de l'application de la loi, les parlementaires, les professionnels du droit et les représentants de la société civile. Cette initiative fait suite à la demande croissante des professionnels de l'état de droit, pour la mise à disposition d’un manuel de formation tenant compte du contexte africain.

]]>
2022-08-12 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/adoption-de-la-strategie-et-des-instruments-de-mise-en-oeuvre-pour-l-insertion-de-l-enseignement-de-la-cadeg-dans-les-programmes-scolaires-des-etats-membres-ainsi-que-de-l-outil-pedagogique-pour-les-acteurs-de-l-etat-de-droit
<![CDATA[Mission d’Observation Electorale de l’Union africaine pour les elections Legislatives du 31 juillet 2022 en Republique du Senegal: Declaration Preliminaire - Dakar, le 02 aout 2022 ]]>/fr/article/mission-d-observation-electorale-de-l-union-africaine-pour-les-elections-legislatives-du-31-juillet-2022-en-republique-du-senegal-declaration-preliminaire-dakar-le-02-aout-2022I. INTRODUCTION


En application de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (CADEG), le Président de la Commission de l’Union africaine (CUA), S.E.M. Moussa Faki Mahamat a déployé une Mission d’Observation Electorale (MOEUA) afin de suivre et de procéder à une évaluation objective des élections législatives du 31 juillet 2022 au Sénégal et d’en faire rapport.

La MOEUA s’inscrit aussi dans le cadre des textes suivants :

  • La Déclaration de l’OUA/UA sur les principes régissant les élections démocratiques en Afrique ;
  • Les Directives de l’Union africaine pour les missions d’observation et de suivi des élections ;
  • Le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs ;
  •  des instruments internationaux pertinents régissant l’observation internationale des élections ; et
  • la Constitution et des lois de la République du Sénégal.

Elle est ainsi conforme à l’aspiration 3 de l’Agenda 2063 qui vise à garantir la bonne gouvernance, la démocratie, le respect des droits de l’homme, la justice et l’état de droit sur le continent.

Conduite par S.E.M. MAKUZA BERNARD, ancien Premier Ministre de la République du RWANDA, la MOEUA est composée de dix (10) observateurs issus de la Commission de l’Union africaine, d’organes de gestion des élections, d’organisations de la société civile et d’experts électoraux provenant de neuf (09) pays africains.

La présente déclaration rend compte des observations pré-électorales et des constats sur le déroulement des opérations de vote et de dépouillement dans les bureaux de vote visités aux élections législatives du 31 juillet 2022. La Mission continuera à suivre l’évolution du processus électoral et un rapport final plus exhaustif sera publié.

 II. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE LA MISSION


Au regard de son mandat, la MOEUA avait pour objectif de procéder à une évaluation objective, indépendante et impartiale de l’organisation et de la conduite des élections législatives du 31 juillet 2022, d’une part, et de formuler des recommandations pertinentes à l’effet de contribuer à l’amélioration des processus électoraux futurs, d’autre part. La méthodologie suivie pour ce scrutin est l’observation de court terme.

Afin d’atteindre ses objectifs et en prélude au déploiement, la MOEUA a eu une série d’échanges et de rencontres avec les parties prenantes au processus électoral dont :

  • Le Ministère de l’Intérieur notamment la Direction Générale des Elections (DGE) ;
  • Le Ministère des Affaires Etrangères ;
  • Les organisations de la société civile ;
  • Des représentants des partis politiques ; et
  • Les autres missions d’observation électorale.

En outre, elle a, à l’interne, organisé une session d’information et d’orientation sur le contexte sociopolitique, le cadre juridique, l’état des préparatifs des élections et sur les méthodes et outils d’observation notamment pour la collecte et le traitement des données. La MOEUA remercie les experts nationaux qui y ont contribué.

Le jour du scrutin, la MOEUA a déployé dix (10) observateurs répartis en cinq (05) équipes dans les départements suivants : Dakar (avec 2 équipes), Fatick, Diourbel et Thiès. Les équipes ont visité cent onze (111) bureaux de vote dont Dakar : 60 ; Fatick : 18 ; Diourbel : 19 et Thiès : 14.

III. CONSTATS ET OBSERVATIONS PRELIMINAIRES


Plusieurs points ont fait l’objet des observations préliminaires de la Mission.

A. Contexte politique des élections législatives

Le climat politique préalable à la campagne électorale aux élections législatives a été ponctué par quelques incompréhensions entre certains acteurs politiques, notamment en rapport avec l’invalidation des listes nationales d’une part des titulaires et d’autre part des suppléants des coalitions Yewwi Askan Wi et Benno Bokk Yaakaar.

Toutefois, la MOEUA salue par ailleurs, les différentes actions et initiatives de dialogue dont celle menée par la société civile qui ont permis d’apaiser l’atmosphère politique à la proche de la campagne électorale. Par la suite, toutes les parties représentées en coalition se sont engagées dans la campagne à travers tout le pays et ont appelé leurs partisans à s’acquitter de leur devoir civique de choisir leurs représentants.

B. Cadre juridique des élections législatives

La constitution du Sénégal du 05 avril 2016, en ses articles 03 et 59, prévoit que tous les sénégalais y compris ceux de l’étranger, disposent du droit d’élire leurs représentants à l’Assemblée nationale. En permettant aux citoyens de l’extérieur de voter et de se porter candidat, cette Constitution s’accorde bien à l’article 21 de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme à laquelle a adhéré le Sénégal.

 Les acquis antérieurs et l’évolution du code électoral

Le cadre juridique des élections législatives au Sénégal témoigne de l’attachement du pays aux instruments juridiques internationaux. En effet le Sénégal a ratifié la quasi-totalité des instruments juridiques internationaux et régionaux protégeant les droits et libertés fondamentaux des citoyens et garantissant leur participation à la vie publique et politique. Cet attachement de l’Etat aux droits de sa population est reflété dans de nombreuses dispositions de la constitution qui consacre dès son préambule l’exercice de la souveraineté par le peuple et l’accès de tous les citoyens, sans discrimination, à l’exercice du pouvoir à tous les niveaux.

Par le référendum de 2016, le Sénégal a procédé à une révision constitutionnelle et à une réforme du Code électoral (Janvier 2017) dont les principales innovations pour ne citer que cela :

-  La participation des candidats indépendants à tous les types d’élections ; et

- Le passage de cent cinquante (150) à cent soixante-cinq (165) sièges à l’Assemblée Nationale, ainsi que le vote des sénégalais de l’étranger.

En outre, la loi du 04 juillet 2018 a modifié le code électoral en introduisant le parrainage dans le système électoral sénégalais.

Les innovations du Code électoral de 2021 modifié en 2022

Les consultations politiques engagées à partir de Janvier 2020 ont abouti à un réaménagement du code électoral, notamment en ce qui concerne les élections locales, élections des maires et présidents de conseils départementaux au suffrage universel direct.

Aussi, la loi modificative du 03 mai 2022 stipule dans son Article L. 150 alinéa premier que « les députés à l'Assemblée nationale sont élus à raison de 112 députés dont quatre-vingt-dix-sept (97) pour l'intérieur du pays et quinze (15) pour l'extérieur au scrutin majoritaire à un tour dans le ressort du département et cinquante-trois (53) députés au scrutin proportionnel sur la liste nationale ».

C. Administration électorale

Les institutions directement en charge de l’administration, la gestion et la supervision des élections au Sénégal sont :

  • Le Ministère de l’Intérieur
  • La Commission Électorale Nationale Autonome (CENA).
  • Le Conseil Constitutionnel,
  • La Cour d’Appel de Dakar, et
  •  Le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA).

D. Enregistrement des électeurs

Le fichier électoral du Sénégal a fait l’objet d’audit en mai 2021, et en son article 37 le code électoral prévoit une révision annuelle. La mission note avec satisfaction, que le fichier électoral a fait l’objet d’une révision exceptionnelle avant chaque scrutin, et celui du 31 juillet 2022 se présente comme suit :

Total général des électeurs 7 036 466 dont 6 727 759 sur le  territoire national et 308 707 à l’étranger. Cette opération a permis de générer 7013 lieux de vote pour 15 954 Bureaux de vote dont 15196 sur le territoire national et 312 à l’étranger.

 E. Des candidatures aux législatives

Au-delà des conditions de capacité et d’éligibilité, la mission note que les particularités et innovations dans la législation sénégalaise portent sur le parrainage citoyen des candidats et l’équilibre des genres. Si cette dernière, qui impose des listes zébrées, est à saluer, son application autant que celle du parrainage citoyen font l’objet de quelques difficultés.

F. Campagne électorale

La campagne électorale s’est déroulée du 10 au 29 juillet 2022 soit vingt et un (21) jours avant la date du scrutin. La Mission a noté que les candidats étaient libres de battre campagne sur toute l’étendue du territoire national, sans restriction. Elle s’est déroulée globalement dans le calme, nonobstant quelques dénonciations de discours violents de la part de certains candidats dans quelques localités. La Mission a relevé par ailleurs que la campagne de proximité était la stratégie adoptée par la majorité des candidats.

G. Sensibilisation des électeurs

La Mission a noté avec satisfaction le dynamisme et la contribution positive de la société civile dans le processus électoral. Ensemble avec les organes en charge des élections, les organisations de la société civile ont mené des actions d’éducation citoyenne et de sensibilisation autour du scrutin. Cette sensibilisation a porté essentiellement sur les inscriptions sur les listes électorales, le retrait des cartes d’électeur, l’exercice du droit de vote et la tenue d’un processus électoral apaisé.

H. Participation des femmes et des personnes vivant avec un handicap

La MOEUA salue les progrès réalisés par le Sénégal sur la représentativité des femmes dans les organes électifs et semi-électifs même si le défi demeure au niveau des instances décisionnelles nationales et locales.

En ce qui concerne les personnes à mobilité réduite (vivant avec un handicap), des dispositions légales existantes méritent d’être accompagné par des modalités pratiques permettent l’accès facile au bureau de vote.

IV. OBSERVATIONS DU JOUR DU SCRUTIN


A l’issue de l’observation, les lignes qui suivent présentent les constats de la Mission :

 A.   Ouverture des bureaux de vote

L’environnement et l’atmosphère générale étaient pacifiques et calmes dans tous les bureaux de vote visités, aucun incident signalé par les observateurs. Quelques laps de temps de pluie à Diourbel et Fatick n’ont pas véritablement gêné les opérations.

La Mission se réjouit que les électeurs sénégalais aient pu s’exprimer librement en toute sérénité.

La quasi-totalité des bureaux de vote visités ont ouvert à l’heure légale (8 heures), quelques cas isolés ont ouvert avec 15 à 25 minutes de retard dû principalement à l’arrivée tardive de certains agents électoraux.

Les membres des bureaux de vote étaient présents, ainsi que les agents de la CENA. Le matériel était disponible et en quantité suffisante dans tous les bureaux de vote visités et les procédures d’ouverture ont été respectées.

Dans la majorité des cas, les bureaux de vote visités étaient accessibles pour les personnes vivant avec un handicap.

B.   Déroulement des opérations de vote

Dans la quasi-totalité des bureaux de vote visités, le nombre des membres du bureau de vote variait entre deux (2) et trois (3) personnes.

L’aménagement des bureaux de vote a permis la fluidité et le secret du vote. Les procédures de vote ont été respectées (Vérification des électeurs sur les listes, encre indélébile etc.). Toutefois, la Mission a relevé que le personnel électoral n’avait pas de signe distinctif, créant ainsi une certaine confusion dans l’identification des membres de bureaux de vote.

 C.   Sécurisation des opérations de vote

Les agents de sécurité étaient présents, discrets et professionnels. Le vote s’est déroulé dans le calme dans tous les lieux de vote visités.

D.   Représentants des candidats et observateurs

Les représentants de certaines coalitions étaient présents dans les bureaux de vote visités, notamment BBY (BENNO BOKK YAAKAAR) YAW (YEWWI ASKAN WI) et dans une moindre mesure Wallu Sénégal.

E.   Participation électorale

A l’ouverture, la Mission a observé des files d’attente par endroits devant les bureaux de vote visités. En cours de journée, elles se sont progressivement amenuisées révélant un engouement modéré des électeurs.

F.    Participation des femmes

Les femmes ont été bien représentées en tant qu’électrices, membres des bureaux de vote et représentantes des coalitions politiques.

 G.   Clôture et dépouillement

A l’instar de la journée de vote, les opérations de clôture et de dépouillement se sont déroulées dans un climat de sérénité. Tous les bureaux de vote visités par la mission ont fermé à l’heure légale (18h), le dépouillement des scrutins a été opéré de manière satisfaisante et conformément au code électoral.

Par ailleurs, les représentants des candidats ont pu recevoir une copie du procès-verbal et la Mission a noté l’affichage immédiat des résultats devant les bureaux de vote observés après l’achèvement du dépouillement.

Le taux de participation dans les bureaux de vote visités oscille entre 39% et 48% donnant une moyenne de 43% environ.

V. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS


La Mission d’Observation Electorale de l’Union Africaine a fait le constat général de la volonté du Gouvernement, des acteurs politiques et du peuple sénégalais d’œuvrer à l’ancrage de la démocratie dans le pays, en dépit de certains points de désaccord relatifs au processus électoral. Elle félicite le Sénégal pour :

  • La tenue périodique des élections,
  • La tenue des élections libre, transparente et apaisé,
  • La participation visible de la Femme,
  • L’implication effective de la diaspora avec près de 10% des sièges du parlement,
  • La consultation menée autour du code électoral,
  • L’engagement de la société civile
  • Le financement des élections à 100% par les fonds propres du Sénégal.

La MOEUA formule les recommandations suivantes afin d’améliorer les processus électoraux à venir.

Aux autorités gouvernementales et législatives :

Tout en félicitant les parties prenantes sénégalaises pour la culture d’assise qui consiste à mener le dialogue constructif après les élections, la MOEUA encourage les autorités sénégalaises à poursuivre cet élan de dialogue avec une approche inclusive pour un consensus élargi sur les points de divergence.

Aux organes chargés des élections :

La MOEUA note le professionnalisme des autorités et des agents électoraux qui maitrisent parfaitement les procédures, toutefois elle exhorte l’administration électorale à prendre des mesures pour l’identification des membres des bureaux de vote afin de faciliter la distinction des personnes présentes au bureau de vote.

La MOEUA appelle à la poursuite de l’information et de l’éducation électorale en vue de permettre à un maximum de citoyens de disposer de cartes d’électeurs et de participer effectivement aux processus électoraux.

Aux partis politiques :

Félicitant les partis et coalitions politiques sénégalais pour avoir contribué à apaiser l’atmosphère préélectorale, pour avoir mené une campagne civilisée, la MOEUA les encourage à maintenir cette culture et à se doter d’un code de bonne conduite encadrant leurs différentes activités, en particulier en période électorale.

A la société civile :

La MOEUA note la forte implication de la société civile sénégalaise aux processus électoraux, et salue ses actions de médiation et de plaidoyer. La mission encourage la société civile à poursuivre ses efforts auprès des autorités, des acteurs politiques et des citoyens en vue de consolider les acquis démocratiques du Sénégal.

La MOEUA félicite la société civile sénégalaise pour l’observation électorale organisée et professionnellement menée à chaque scrutin et les encourage à poursuivre ses actions d’observations citoyennes.

La présente déclaration préliminaire sera suivie d’un rapport final détaillé qui sera communiqué au gouvernement du Sénégal et publié. 

]]>
2022-08-02 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/mission-d-observation-electorale-de-l-union-africaine-pour-les-elections-legislatives-du-31-juillet-2022-en-republique-du-senegal-declaration-preliminaire-dakar-le-02-aout-2022
<![CDATA[Communiqué de la 1096ème réunion du CPS tenue le 4 août 2022, sur la rapport du Président de la Commission de l'UA relatif aux élections en Afrique.]]>/fr/article/communique-de-la-1096eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-aout-2022-sur-la-rapport-du-president-de-la-commission-de-l-ua-relatif-aux-elections-en-afriqueAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), lors de sa 1096e réunion tenue le 2 août 2022, sur le rapport du Président de la Commission de l'UA relatif aux élections en Afrique

]]>
2022-08-02 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1096eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-aout-2022-sur-la-rapport-du-president-de-la-commission-de-l-ua-relatif-aux-elections-en-afrique
<![CDATA[Communique de la 1090ème réunion du CPS tenue le 28 juin 2022, sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée]]>/fr/article/communique-de-la-1090eme-reunion-du-cps-tenue-le-28-juin-2022-sur-la-piraterie-maritime-dans-le-golfe-de-guineeCOMMUNIQUÉ

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), lors de sa 1090ème réunion tenue le 28 juin 2022, sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée.

Le Conseil de Paix et de Sécurité,

Notant l'allocution d'ouverture de S.E. l'Ambassadeur Daniel Owassa, Représentant permanent de la République du Congo auprès de l'UA et président du CPS pour le mois de juin 2022, et la déclaration du Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité, S. E. Ambassadeur Bankole Adeoye, lue par le Directeur de la Direction de la gestion des conflits, Dr Alhaji Sarjoh Bah, ainsi que la présentation de la Secrétaire exécutive de la Commission du Golfe de Guinée (CGG), S.E. Ambassadeure Florentina Adenike Ukonga ;

Prenant également note des déclarations des Représentants de la République d'Angola, de la République du Congo, de la République de Guinée équatoriale, de la République gabonaise et de la République fédérale du Nigéria, en leur qualité de Membres de la CGC et de pays concernés, ainsi que des déclarations des Représentants de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), du Bureau des Nations unies auprès de l'Union africaine (UNOAU) et de l'Union européenne (UE) ;

Rappelant ses décisions antérieures sur la sécurité maritime en Afrique et la piraterie maritime dans la région du Golfe de Guinée (GdG), en particulier le Communiqué PSC/PR/COMM.1012 (2021), adopté lors de sa 1012e réunion tenue le 23 juillet 2021, et le Communiqué [PSC/PR/COMM. (DCCCLVIII)], adopté lors de sa 858ème réunion tenue le 16 juillet 2019 ; rappelant également la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) de 1982, qui régit l'utilisation des océans et des espaces maritimes, ainsi que les résolutions des Nations unies sur la sécurité maritime dans la région du GdG ; rappelant en outre la Résolution 2634 du Conseil de sécurité des Nations unies sur la piraterie et les vols à main armée en mer dans le Golfe de Guinée ;

Engagé également à assurer la pleine mise en œuvre de la Charte africaine de la sécurité, de la sûreté et du développement maritimes en Afrique, de la Charte africaine du transport maritime et du Plan d'action;

Soucieux d'assurer la pleine opérationnalisation de la Stratégie maritime intégrée de l'Afrique (AIMS 2050) et de son Plan d'action, adoptés par la 22ème Session ordinaire de la Conférence de l'UA, tenue en janvier 2014, et de la Stratégie pour l'économie bleue en Afrique, élaborée à la suite de la Conférence sur l'économie bleue durable, qui s'est tenue à Nairobi au Kenya, en novembre 2018 ; et

]]>
2022-07-22 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1090eme-reunion-du-cps-tenue-le-28-juin-2022-sur-la-piraterie-maritime-dans-le-golfe-de-guinee
<![CDATA[Communiqué de presse du Conseil de Paix et de Sécurité relatif à la mission de l'Union africaine sur le terrain en République du Burundi, du 20 au 22 juin 2022]]>/fr/article/communique-de-presse-du-conseil-de-paix-et-de-securite-relatif-a-la-mission-de-l-union-africaine-sur-le-terrain-en-republique-du-burundi-du-20-au-22-juin-2022Bujumbura, 22 juin 2022 : Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) conclut sa mission de trois jours en République du Burundi. La mission sur le terrain a eu lieu du 20 au 22 juin 2022, sous le leadership de S.E. Ambassadeur Daniel Owassa, Représentant permanent de la République du Congo auprès de l'UA et Président du CPS pour le mois de juin 2022.

]]>
2022-06-22 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-presse-du-conseil-de-paix-et-de-securite-relatif-a-la-mission-de-l-union-africaine-sur-le-terrain-en-republique-du-burundi-du-20-au-22-juin-2022
<![CDATA[Communique sur la situation sécuritaire entre la République de Rwanda et le RDC]]>/fr/article/communique-sur-la-situation-securitaire-entre-la-republique-de-rwanda-et-le-rdcAddis Abeba, 13 Juin 2022: Le président de la Commission de l’Union africaine S.E. Moussa Faki Mahamat suis avec préoccupation la détérioration de la situation sécuritaire entre la République du Rwanda et la République Démocratique du Congo.

]]>
2022-06-13 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-sur-la-situation-securitaire-entre-la-republique-de-rwanda-et-le-rdc
<![CDATA[Message de S.E. Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité, Commission de l’Union Africaine, à l’occasion de la célébration de la 12ème édition de la Journée Africaine des Frontières, le 07 juin 2022 ]]>/fr/article/message-de-s-e-ambassadeur-bankole-adeoye-commissaire-aux-affaires-politiques-a-la-paix-et-a-la-securite-commission-de-l-union-africaine-a-l-occasion-de-la-celebration-de-la-12eme-edition-de-la-journee-africaine-des-frontieres-le-07-juin-2022Concitoyens Africains,

Ce 7 juin, nous célèbrerons la 12ème édition de la Journée Africaine des Frontières sous le thème « Le développement des zones frontalières à travers la ratification et la mise en œuvre de la Convention de l’Union africaine sur la coopération transfrontalière (Convention de Niamey) ».

]]>
2022-06-07 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/message-de-s-e-ambassadeur-bankole-adeoye-commissaire-aux-affaires-politiques-a-la-paix-et-a-la-securite-commission-de-l-union-africaine-a-l-occasion-de-la-celebration-de-la-12eme-edition-de-la-journee-africaine-des-frontieres-le-07-juin-2022
<![CDATA[Communiqué de la 1087ème réunion du CPS tenue le 1 juin 2022, sur la situation au Sahel, ADDIS-ABÉBA, ÉTHIOPIE]]>/fr/article/communique-adopte-par-le-conseil-de-paix-et-de-securite-lors-de-sa-1087e-reunion-tenue-le-1er-juin-2022-sur-la-situation-au-sahelLe Conseil de Paix et de Sécurité,

Rappelant la Déclaration [Ext/Assembly/AU/Decl.(XVI)] sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement, adoptée par la 16ème session extraordinaire de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'UA tenue à Malabo, en Guinée équatoriale, les 27 et 28 mai 2022 ; et la Décision [Assembly/AU/Dec.792(XXXIII)] sur la situation en Libye et au Sahel, adoptée par la 33e session ordinaire de la Conférence de l'Union, tenue en février 2020 ;

Rappelant également le Communiqué [PSC/PR/COMM.1006 (2021)] adopté lors de sa 1006e réunion tenue le 6 juillet 2021 sur l'examen du mandat du G-5 Sahel ;

Réitérant ses décisions antérieures sur la situation au Burkina Faso, au Tchad et au Mali, notamment le Communiqué [PSC/PR/COMM.1076 (2022)] adopté lors de sa 1076e réunion tenue le 14 avril 2022 sur les processus de transition politique au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée, au Mali et au Soudan ; le Communiqué [PSC/PR/COMM.1/1062 (2022)] adopté lors de sa 1062e réunion tenue le 31 janvier 2022 sur la situation au Burkina Faso et le Communiqué [PSC/PR/COMM.1/1057 (2022)] adopté lors de sa 1057e réunion tenue le 14 janvier 2022, sur la situation au Mali ;

Notant les remarques d'ouverture de S.E. Ambassadeur Daniel OWASSA, Représentant permanent de la République du Congo auprès de l'UA et président du CPS pour le mois de juin 2022, et la déclaration de S.E. Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité ; notant également l’exposé de S.E. Ambassadeur Mamane Sambo Sidikou, Haut Représentant de l'UA pour le Mali et Sahel, et celui du Commandant de la force conjointe G-Sahel, le Général Oumar Bikimo ; notant en outre les déclarations respectives faites par le Représentant de la République du Ghana en tant que Président de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et par celui de la République du Tchad en tant que membre de la force conjointe du G-5 Sahel, ainsi que par la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies auprès de l'UA et cheffe du Bureau des Nations unies auprès de l'UA (UNOAU) ;

Réaffirmant l'engagement indéfectible de l'UA à respecter la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale de tous les Membres de la force conjointe du G5 Sahel ; et

Agissant en vertu de l'article 7 de son Protocole, le Conseil de Paix et de Sécurité :

1. Se déclare profondément préoccupé par la détérioration rapide de la situation sécuritaire, politique et humanitaire dans la région du Sahel, en particulier par la poursuite des attaques terroristes et l'augmentation du nombre de victimes, ainsi que par les défis socioéconomiques qui continuent d'affecter la paix, la stabilité et le développement de la région ;

2. Réitère sa profonde inquiétude de l'expansion de la menace terroriste à partir de la région du Sahel vers les pays du Golfe de Guinée, du lien qui se renforce mutuellement entre le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement, ainsi que des défis socioéconomiques multidimensionnels actuels, tels que les griefs communautaires, le sous-développement, l’impact du changement climatique, le déficit de gouvernance et la crise humanitaire, aggravés par la pandémie COVID-19 ;

3. Condamne fermement toutes les attaques menées par les terroristes, les groupes armés et criminels contre les civils, les institutions de sécurité des pays de la région, ainsi que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et d'autres forces internationales ; et rend hommage au vaillant personnel de la force conjointe du G5 Sahel pour leurs sacrifices soutenus en faveur de la paix ; exprime ses sincères condoléances à tous ceux qui ont fait le sacrifice suprême dans l'exercice de leurs fonctions et souhaite un prompt rétablissement aux blessés ;

4. Salue les efforts déployés par la force conjointe du G5 Sahel et ses Etats membres pour dégrader la capacité de combat des groupes terroristes, armés et criminels opérant dans la région du Sahel et appelle à intensifier les efforts dans la mobilisation de ressources supplémentaires pour la Force conjointe ;

]]>
2022-06-04 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-adopte-par-le-conseil-de-paix-et-de-securite-lors-de-sa-1087e-reunion-tenue-le-1er-juin-2022-sur-la-situation-au-sahel
<![CDATA[Communiqué de la 1086eme réunion du CPS tenue le 31 mai 2022, sur la mise à jour relative à la situation dans le bassin du lac Tchad]]>/fr/article/communique-de-la-1086eme-reunion-du-cps-tenue-le-31-mai-2022-sur-la-mise-a-jour-relative-a-la-situation-dans-le-bassin-du-lac-tchadCOMMUNIQUÉ

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), lors de sa 1086e réunion tenue le 31 mai 2022, sur la mise à jour relative à la situation dans le bassin du lac Tchad:

Le Conseil de Paix et de Sécurité,

Rappelant ses décisions et déclarations antérieures sur la situation dans la région du Bassin du lac Tchad et la mise en œuvre de la Stratégie régionale de stabilisation, de relèvement et de résilience des aires affectées par Boko Haram dans le Bassin du lac Tchad, notamment le Communiqué [PSC/PR/COMM.2 /1057(2022)] adopté à sa 1057e réunion tenue le 14 janvier 2022, le Communiqué [PSC/PR/COMM.1010(2021)] adopté à sa 1010e réunion tenue le 19 juillet 2021 et le Communiqué [PSC/PR/COMM.(CMLXXIII] adopté à sa 973e réunion tenue le 18 janvier 2021 ;

Fidèle aux dispositions du chapitre VIII de la Charte des Nations unies (ONU) sur le rôle des accords régionaux dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales et soulignant le rôle essentiel des Communautés économiques régionales et des Mécanismes régionaux (CER/MR) en tant que premiers intervenants dans les situations de crise et de conflit dans leurs juridictions respectives, conformément aux principes cardinaux de subsidiarité, de complémentarité et d'avantage comparatif ;

Notant les observations liminaires faites par S.E. Ambassadeur Churchill Ewumbue-Monono, Représentant permanent de la République du Cameroun auprès de l'UA et président du CPS pour le mois de mai 2022, et la déclaration faite par S.E. Ambassadeur William Awinador-Kanyirige au nom de S.E. Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité ;

Prenant également note de la déclaration du Secrétaire exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et du chef de mission de la Force multinationale mixte (FMM), ainsi que de la déclaration du Gouverneur de Hadjer Lamis au Tchad et de celle du Représentant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ; et

Réaffirmant la solidarité de l'UA avec les gouvernements et les populations des pays de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), ainsi que l'engagement indéfectible de l'UA à continuer de les soutenir dans la mise en œuvre de la Stratégie régionale pour la stabilisation, le redressement et la résilience des zones affectées par les activités de Boko Haram dans le Bassin du Lac Tchad ; et

]]>
2022-05-31 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1086eme-reunion-du-cps-tenue-le-31-mai-2022-sur-la-mise-a-jour-relative-a-la-situation-dans-le-bassin-du-lac-tchad
<![CDATA[Declaration: 14e Reunion Ordinaire du Comite Technique Specialise de sur la Defense,la Surete et la Securite - 12 mai 2022 | Addis-Abeba, Ethiopie]]>/fr/article/declaration-14e-reunion-ordinaire-du-comite-technique-specialise-de-sur-la-defense-la-surete-et-la-securite-12-mai-2022-addis-abeba-ethiopieDeclaration: 14e Reunion Ordinaire du Comite Technique Specialise de sur la Defense,la Surete et la Securite - 12 mai 2022 | Addis-Abeba, Ethiopie

]]>
2022-05-12 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/declaration-14e-reunion-ordinaire-du-comite-technique-specialise-de-sur-la-defense-la-surete-et-la-securite-12-mai-2022-addis-abeba-ethiopie
<![CDATA[Communiqué de la 1082ème réunion du CPS tenue le 6 mai 2022, sur la criminalité transnationale organisée et la sécurité en Afrique ]]>/fr/article/communique-de-la-1082eme-reunion-du-cps-tenue-le-6-mai-2022-sur-la-criminalite-transnationale-organisee-et-la-securite-en-afriqueCOMMUNIQUÉ

Adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1082ème réunion tenue le 6 mai 2022, sur la criminalité transnationale organisée et la sécurité en Afrique:

Le Conseil de Paix et de Sécurité,

            Profondément préoccupé par la recrudescence de la criminalité transnationale organisée en Afrique, deuxième Continent le plus affecté au monde, et par son impact sur le terrorisme et l'autorité de l'État ;

 

Préoccupée également par la recrudescence du trafic de drogue et d'êtres humains, de la piraterie, de la cybercriminalité, des flux financiers illicites, de l'exploitation forestière et de la pêche illégales ainsi que par l'utilisation croissante des nouvelles technologies de l'information et de la communication, y compris l'intelligence artificielle, par les réseaux criminels et les groupes terroristes ;

Rappelant ses précédentes décisions et prises de position sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée, notamment le Communiqué [PSC/PR/COMM.1073(2022)] adopté lors de sa 1073ème réunion tenue le 6 avril 2022 ; le Communique [PSC/PR/COMM. (DCCCL)] adopté lors de sa 850ème réunion tenue le 20 mai 2019 et le Communique [PSC/PR/COMM.1(DCCCXLV)] adopté lors de sa 845ème réunion tenue le 25 avril 2019 ; 

Ayant à l’esprit t de la Déclaration solennelle de l'UA sur une politique africaine commune de défense et de sécurité, de la Convention des Nations unies de 2014 contre la criminalité transnationale organisée, ainsi que des Protocoles contre la traite des personnes, le trafic de migrants et le trafic d'armes légères et de munitions ;

Engagés à mettre pleinement en œuvre les instruments pertinents de l'UA sur les crimes transnationaux organisés, tels que le Cadre de l'UA sur les migrations de juin 2006 ; le Plan d'action de Ouagadougou de novembre 2006 pour lutter contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants ; la Convention de Niamey de 2014 sur la coopération transfrontalière ; le Plan d'action de l'UA d'août 2019 sur la lutte contre la drogue et la prévention du crime 2019-2023 ; le Projet de décembre 2018 sur l'amélioration de la réponse de l'Afrique aux crimes organisés transnationaux ; les Processus de Nouakchott et de Djibouti ainsi que la feuille de route principale de l'UA sur les mesures pratiques pour faire taire les armes en Afrique ;

Tenant compte des observations liminaires du Représentant permanent de la République du Cameroun auprès de l'UA, S.E. Ambassadeur Churchill Ewumbue-Monono, en sa qualité de Président du CPS pour le mois de mai 2022, de la déclaration de S. E. Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité ; ainsi que des déclarations des représentants du Mécanisme de l'UA pour la coopération policière (AFRIPOL), du Comité des services de renseignement et de sécurité d'Afrique (CISSA) et du Secrétaire général de l'Organisation internationale de police (INTERPOL) ; et


]]>
2022-05-06 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1082eme-reunion-du-cps-tenue-le-6-mai-2022-sur-la-criminalite-transnationale-organisee-et-la-securite-en-afrique
<![CDATA[Communique de presse de la 1081ème réunion du CPS tenue le 4 mai 2022, sur l'attaque menée par Al Shabaab contre une Base opérationnelle avancée (FOB) de la Mission de transition de l'UA en Somalie (ATMIS) dans la région de Middle Shabele, au Sud-Ouest de Mogadiscio, le 3 mai 2022]]>/fr/article/communique-de-presse-3Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), lors de sa 1081ème réunion tenue le 4 mai 2022, a été informé de l'attaque menée par Al Shabaab contre une Base opérationnelle avancée (FOB) de la Mission de transition de l'UA en Somalie (ATMIS) dans la région de Middle Shabele, au Sud-Ouest de Mogadiscio, le 3 mai 2022.

]]>
2022-05-04 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-presse-3
<![CDATA[Communiqué de la 1081ème réunion du CPS tenue le 4 mai 2022, sur la communication sur l'état des actions humanitaires en Afrique]]>/fr/article/communique-de-la-1081eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-mai-2022-sur-la-communication-sur-l-etat-des-actions-humanitaires-en-afriqueLe Conseil de Paix et de Sécurité,

Rappelant toutes les décisions de l'UA sur les actions humanitaires en Afrique, notamment la Décision [EX.CL/Dec.1145 9(XL)] adoptée par le Conseil exécutif de l'UA lors de sa 40ème Session ordinaire de février 2022 ; la Décision [Assembly/AU/Dec.604(XXVI)] qui a adopté la Position africaine commune sur l'efficacité humanitaire et approuvé la recommandation relative à la création de l'Agence humanitaire africaine (AHA) pour assurer l'efficacité des réponses de l'UA aux crises humanitaires sur le Continent ; et rappelant également ses Communiqués [PSC/AHG/COMM.1043 (2021)] adoptés lors de sa 1043ème réunion au niveau des chefs d'État et de Gouvernement tenue le 29 octobre 2021 ; et [PSC/PR/COMM. 1025 (2021)] adopté lors de sa 1025ème réunion tenue le 25 août 2021 ; ainsi que le Communiqué de presse [PSC/PR/BR (DCCLXII)], adopté lors de sa 762ème réunion tenue le 9 avril 2018 ;

Fidèle aux dispositions des Articles 6(f) et 7(p) du Protocole relatif à la création du Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union africaine, stipulant respectivement comme l'une des fonctions du Conseil, l'action humanitaire et la gestion des catastrophes, et habilitant le Conseil à soutenir et faciliter l'action humanitaire dans les situations de conflits armés ou de catastrophes naturelles majeures sur le continent africain ;

Tenant compte de l’allocution liminaire du Représentant permanent de la République du Cameroun auprès de l'UA, et Président du CPS pour le mois de mai 2022, S.E. Ambassadeur Churchill Ewumbue-Monono et la présentation de Dr. Margaret Agama-Anyatei, Directrice par intérim de la Direction de la Santé et des Affaires Humanitaires de la Commission de l'UA ; ainsi que les déclarations du Représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), et du Président du Comité International de la Croix Rouge (CICR) ;
Agissant en vertu de l'Article 7 de son Protocole, le Conseil de Paix et de Sécurité,

1. Exprime sa profonde inquiétude face à la persistance de crises humanitaires complexes, multiformes et, parfois, sans précédent sur le continent, exacerbées par le dérèglement climatique et à la santé publique, parmi d'autres dangers, en particulier dans les zones déjà fragiles en raison du terrorisme et des conflits violents, et qui provoquent l'insécurité alimentaire et les déplacements forcés ;

2. Se déclare également profondément préoccupée par le nombre croissant de populations vulnérables en Afrique, notamment les réfugiés, les personnes déplacées en interne, les rapatriés, les demandeurs d'asile, les apatrides, les personnes disparues, et par la diminution de leur capacité de résilience ; et souligne, à cet égard, l'impératif d'une coopération interafricaine et d'une approche orientée vers l'action pour renforcer la résilience de ces populations vulnérables ;

3. Souligne la nécessité de s'attaquer aux causes profondes et aux moteurs des crises humanitaires et de veiller à ce que le système continental d'alerte rapide intègre des systèmes d'alerte rapide et d'action rapide multirisques, y compris le développement de salles de crises inter opérationnelles aux niveaux continental, régional et national, afin de permettre des interventions rapides pour faire face aux divers risques de catastrophes humanitaires et à leurs conséquences potentielles ;

4. Félicite les États Membres qui accueillent des réfugiés dans leur pays, même si leurs capacités sont limitées ; encourage les États parties à la Convention des Nations unies sur les réfugiés de 1951 et à la Convention de l'OUA régissant les aspects propres au problème des réfugiés en Afrique de 1969, à la Convention de l'UA sur la protection et l'assistance aux personnes déplacées en interne (Convention de Kampala) de 2009, au Cadre de politique humanitaire (HPF), à la politique de gestion des catastrophes et à la Capacité africaine de gestion des risques (ARC), à continuer d'assumer leurs responsabilités humanitaires comme le prévoient ces instruments ;

5. Demande à la Commission de l'UA, en étroite collaboration avec les États Membres, d'accélérer la finalisation de la Convention de l'UA régissant les aspects spécifiques de l'apatridie en Afrique ; et appelle la communauté internationale à fournir un soutien adéquat et flexible aux pays accueillant des réfugiés pour leur permettre de répondre efficacement aux besoins des réfugiés en tenant compte de la nature imprévisible des besoins humanitaires ;

6. Souligne qu'il est impératif de renforcer davantage les capacités institutionnelles et de promouvoir une collaboration accrue entre les États membres, les communautés économiques régionales et les mécanismes régionaux (CER/MR) dans le domaine de l'action humanitaire ;

7. Prend note des défis auxquels sont confrontées les agences humanitaires, notamment l'accès, le rétrécissement de l'espace humanitaire et le détournement de l'aide humanitaire ; condamne les attaques contre les agences humanitaires ; et demande instamment à toutes les parties aux conflits armés de faciliter le travail des agences d'aide humanitaire et de garantir leur sûreté et leur sécurité ;

8. Encourage les États Membres, qui ne l'ont pas encore fait, à signer, ratifier et intégrer dans leur droit interne les instruments africains et internationaux relatifs aux réfugiés, aux personnes déplacées en interne, ainsi qu'aux populations vulnérables et à l'assistance humanitaire en général ; et à mettre en œuvre la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants [A/RES/71/1], adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies lors de sa 71 ème session tenue le 19 septembre 2016 ;

9. Félicite le HCR et le CICR, ainsi que les autres agences internationales d'aide humanitaire, les partenaires, les organisations non gouvernementales, les organisations de la société civile et le secteur privé pour leurs contributions à la résolution des situations humanitaires sur le continent, et souligne la nécessité d'un soutien international renforcé, prévisible, cohérent et durable aux États Membres accueillant des réfugiés en Afrique ;

10. Se félicite des 30 années de coopération du CICR avec l'OUA/UA dans la promotion des principes humanitaires, des actions humanitaires, du droit int

]]>
2022-05-04 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1081eme-reunion-du-cps-tenue-le-4-mai-2022-sur-la-communication-sur-l-etat-des-actions-humanitaires-en-afrique
<![CDATA[Le Cameroun prend la présidence du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine pour le moi de mai 2022]]>/fr/article/projet-de-communique-de-presse-le-cameroun-prend-la-presidence-du-cps-de-l-union-africaine-pour-le-mois-de-mai-2022Addis-Abéba, 2 mai 2022 : La République du Cameroun assurera la présidence du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA pour le mois de mai 2022. Septième depuis la création du Conseil en 2004, la présidence camerounaise s'inscrit dans le cadre du Sommet extraordinaire de Malabo du 28 mai consacré aux défis de gouvernance et de sécurité sur le continent, tels que les changements anticonstitutionnels de gouvernement, les crises humanitaires et le terrorisme.

La présidence couvrira dix sessions de fond, dont la plupart se tiendront à huis clos et en mode virtuelle, à l'exception des deux séances publiques : celle sur la sécurité alimentaire, le thème de l'année de l'UA, et l'autre sur le vivre ensemble en paix. S'exprimant sur l'importance de ce thème, le Représentant permanent du Cameroun auprès de l'Union africaine, S.E. Churchill Ewumbue-Monono et, Président du CPS pour le mois de mai 2022, a souligné que la présidence de son pays "offre l'occasion d'examiner et de comparer les différents efforts et défis des pays et des peuples africains pour vivre ensemble en paix dans leur quête de construction nationale, à un moment où le Cameroun commémorera le 50emeanniversaire de sa fête de l'unité nationale le 20 mai 2022".

]]>
2022-05-03 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/projet-de-communique-de-presse-le-cameroun-prend-la-presidence-du-cps-de-l-union-africaine-pour-le-mois-de-mai-2022
<![CDATA[Communiqué de la 1080ème réunion du CPS tenue le 25 avril 2022, sur le Réflexion sur la jeunesse, la paix et la sécurité en Afrique:]]>/fr/article/communique-de-la-1080eme-reunion-du-cps-tenue-le-25-avril-2022-sur-le-reflexion-sur-la-jeunesse-la-paix-et-la-securite-en-afriqueAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) lors de sa 1080ème réunion tenue le 25 avril 2022 sur le thème : « Réflexion sur la jeunesse, la paix et la sécurité en Afrique » :

]]>
2022-04-25 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1080eme-reunion-du-cps-tenue-le-25-avril-2022-sur-le-reflexion-sur-la-jeunesse-la-paix-et-la-securite-en-afrique
<![CDATA[Communiqué de la 1079ème réunion du CPS tenue le 21 avril 2022, sur le dérèglement climatique, la paix et la sécurité en Afrique]]>/fr/article/communique-de-la-1079eme-reunion-du-cps-tenue-le-21-avril-2022-sur-le-dereglement-climatique-la-paix-et-la-securite-en-afriqueAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité lors de sa 1079ème réunion tenue le 21 avril 2022, sur le dérèglement climatique, la paix et la sécurité en Afrique :

Le Conseil de Paix et de Sécurité,

Rappelant ses prises de position et décisions antérieures sur le lien entre le dérèglement climatique, la paix et la sécurité, notamment le Communiqué [PSC/AHG/COMM.1043 (2021)] adopté lors de sa 1043ème réunion tenue au niveau des chefs d'État et de Gouvernement le 29 octobre 2021 et le Communiqué [PSC/AHG/COMM.1(CMLXXXIV)] adopté lors de sa 984ème réunion tenue au niveau des chefs d'État et de Gouvernement le 9 mars 2021 ;  

Prenant note de l’allocution d'ouverture du Représentant permanent de la République du Burundi auprès de l'UA, et Président du CPS pour le mois d'avril 2022, S.E. Ambassadeur Willy Nyamitwe ; de la déclaration du Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité, S.E. Bankole Adeoye ; de la présentation de S.E. Ambassadeur Josefa Correia Sacko, Commissaire de l'UA à l’Agriculture, au Développement rural, à l’Économie bleue et à l'Environnement durable ; de la déclaration de S.E. Ambassadeur Mohamed Gad, Représentant permanent de l'Égypte auprès de l'UA et de la déclaration du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et chef du bureau des Nations unies auprès de l'Union africaine ;

Affirmant sa solidarité avec tous les gouvernements et les populations des États Membres aux prises avec les effets néfastes du dérèglement climatique.

]]>
2022-04-21 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1079eme-reunion-du-cps-tenue-le-21-avril-2022-sur-le-dereglement-climatique-la-paix-et-la-securite-en-afrique
<![CDATA[Communiqué de la 1078ème réunion du CPS tenue le 19 avril 2022, Sur le suivi de la 10eme Réunion du Mécanisme régional de suivi de février 2022 à Kinshasa en République démocratique du Congo]]>/fr/article/communique-de-la-1078eme-reunion-du-cps-tenue-le-19-avril-2022-sur-le-suivi-du-10e-m-ecanisme-de-surveillance-regional-de-fevrier-2022-a-kinshasa-en-republique-democratique-du-congoAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité lors de sa 1078e réunion, tenue le 19 avril 2022, Sur le suivi de la 10eme Réunion du Mécanisme régional de suivi de février 2022 à Kinshasa en République démocratique du Congo

]]>
2022-04-19 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1078eme-reunion-du-cps-tenue-le-19-avril-2022-sur-le-suivi-du-10e-m-ecanisme-de-surveillance-regional-de-fevrier-2022-a-kinshasa-en-republique-democratique-du-congo
<![CDATA[La 1077e réunion du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA sur la Déclaration à l’issue du programme d'initiation des membres élus du Conseil de Paix et de Sécurité, qui s'est tenu du 23 au 25 mars 2022, à Maseru, au Royaume du Lesotho ]]>/fr/article/la-1077e-reunion-du-conseil-de-paix-et-de-securite-de-l-ua-sur-la-declaration-a-l-issue-du-programme-d-initiation-des-membres-elus-du-conseil-de-paix-et-de-securite-qui-s-est-tenu-du-23-au-25-mars-2022-a-maseru-au-royaume-du-lesothoAdoptée par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) lors de sa 1077e réunion tenue le 14 avril 2022, sur la Déclaration à l’issue du programme d'initiation des membres élus du Conseil de Paix et de Sécurité, qui s'est tenu du 23 au 25 mars 2022, à Maseru, au Royaume du Lesotho :

 

]]>
2022-04-14 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/la-1077e-reunion-du-conseil-de-paix-et-de-securite-de-l-ua-sur-la-declaration-a-l-issue-du-programme-d-initiation-des-membres-elus-du-conseil-de-paix-et-de-securite-qui-s-est-tenu-du-23-au-25-mars-2022-a-maseru-au-royaume-du-lesotho
<![CDATA[Communiqué de la 1076ème réunion du CPS tenue le 14 avril 2022, sur le processus de transition politique au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée, au Mali et au Soudan]]>/fr/article/communique-de-la-1076eme-reunion-du-cps-tenue-le-14-avril-2022-sur-le-processus-de-transition-politique-au-burkina-faso-au-tchad-en-guinee-au-mali-et-au-soudanAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) lors de sa 1076ème réunion tenue le 14 avril 2022 sur les processus de transition politique au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée, au Mali et au Soudan:

]]>
2022-04-14 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1076eme-reunion-du-cps-tenue-le-14-avril-2022-sur-le-processus-de-transition-politique-au-burkina-faso-au-tchad-en-guinee-au-mali-et-au-soudan
<![CDATA[Communiqué de la 1075ème réunion du CPS tenue le 12 avril 2022, sur le financement prévisible, adéquat et durable de la Mission de transition de l'Union africaine en Somalie (ATMIS)]]>/fr/article/communique-de-la-1075eme-reunion-du-cps-tenue-le-12-avril-2022-sur-le-financement-previsible-adequat-et-durable-de-la-mission-de-transition-de-l-union-africaine-en-somalie-atmisAdopté par le Conseil de Paix et de Sécurité lors de sa 1075ème réunion tenue le 12 avril 2022, sur le financement prévisible, adéquat et durable de la Mission de transition de l'Union africaine en Somalie (ATMIS) :

Le Conseil de Paix et de Sécurité,

Rappelant ses décisions antérieures sur la situation en Somalie, notamment les Communiqués [PSC/PR/COMM.1068(2021)], adoptés lors de sa 1068ème réunion tenue le 8 mars 2022, ainsi que la résolution 2628 (2022) du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) autorisant la reconfiguration de la Mission de l'UA en Somalie (AMISOM) en Mission de transition de l'UA en Somalie (ATMIS) ;

Prenant note des observations liminaires du Représentant permanent de la République du Burundi auprès de l'UA et Président du CPS pour le mois d'avril 2022, S.E. Ambassadeur Willy Nyamitwe, de la déclaration du Commissaire de l'UA aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité, S.E. Bankole Adeoye, de l’exposé du Représentant spécial du Président de la Commission de l'UA (RSPCC)  pour la Somalie et Chef de l'ATMIS, S.E. Francisco Caetano Madeira, ainsi que des déclarations des représentants de la Somalie, du Secrétariat de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), des Nations Unies (ONU) et de l'Union européenne (UE) ;

Réaffirmant son engagement indéfectible à respecter l'unité, l'intégrité territoriale et la souveraineté nationale de la République fédérale de Somalie et réitérant sa volonté de garantir l'appropriation nationale du processus de transition;

Déterminés à vaincre Al Shabaab et tous les autres groupes terroristes et armés opérant en Somalie et dans toute la région de la Corne de l’Afrique, à rétablir une paix, une sécurité et une stabilité durables, ainsi qu'une normalité politique en Somalie ; et

]]>
2022-04-12 00:00:00 GMTPeace, Security, AfricaKodjo Tchioffo/fr/article/communique-de-la-1075eme-reunion-du-cps-tenue-le-12-avril-2022-sur-le-financement-previsible-adequat-et-durable-de-la-mission-de-transition-de-l-union-africaine-en-somalie-atmis